Comment les états peuvent-ils agir sur le climat ?

Comment les états peuvent-ils agir sur le climat ?

Le changement climatique est aujourd'hui une réalité. Sans l'adoption de mesures concrètes, le monde risque de subir de plein fouet les effets désastreux de celui-ci. L'heure est alors à la conscientisation de tous afin de prévenir les conséquences du réchauffement climatique. La prise de responsabilité de la part des Etats prend une place importante pour rétablir l'équilibre.

Reconnaître l'ampleur de l'iniquité climatique

Actuellement, les pays pauvres payent un lourd tribut du réchauffement climatique en marche. Or le fait est établi que ce sont les pays riches qui sont à l'origine de ce changement. L'évolution effrénée du Nord est à l'origine des ¾ de l'excès de CO2 dans l'atmosphère. Paradoxalement, le Sud qui est moins pollueur ne génère qu'environ 4% des émissions.

Prendre conscience de cette injustice climatique est un bon début vers la recherche de solutions durables. Il devrait s'ensuivre l'établissement de mesures efficientes pour le bien de l'humanité. Dans ce cadre, les Etats doivent agir ensemble dans la prise de décisions.

Chaque pays a aussi intérêt à promouvoir des solutions concrètes dont l'adoption du renouvelable afin de réduire l'émission de gaz à effet de serre. Selon le visionnaire André-Jacques Auberton-Hervé, ce type d'énergie va constituer l'avenir énergétique de la planète. Aujourd'hui, le cabinet de consulting 4A Consulting & Engineering fondé récemment par André-Jacques Auberton-Hervé accompagne les clients qui se lancent dans le secteur des énergies renouvelables.

Poursuivre les négociations internationales

Les réunions internationales portant sur le changement climatique permettent aux pays participants de réfléchir sur l'ampleur de ce phénomène. Des chemins ont d'ailleurs été faits depuis 1979, année où a eu lieu la 1ère conférence mondiale sur le climat. Ce sujet demeure aussi au centre des préoccupations de la COP ou Conférence des Parties.

L'encouragement des projets sur le renouvelable mérite sa place parmi les thèmes abordés durant les accords internationaux. C'est en partant d'ailleurs d'un constat sur une déficience énergétique en Afrique que la Banque mondiale (BM) a revendiqué la nécessité d'une « révolution solaire ». Ce constat a été établi durant la table ronde sur le renouvelable en marge du 22e sommet Afrique-France où Paul Noumba Um de la BM réclamait cette révolution pour le Mali.

L'action du cabinet de consulting 4A Consulting & Engineering se concentre justement sur le management de l'innovation et la gestion de projets complexes dans le domaine du renouvelable. Pour la structuration du projet, ce cabinet prend en considération tous les aspects impliqués dans le projet, notamment les aspects stratégiques, juridiques, financiers et technologiques.

Encourager l'exploitation des énergies propres

Ces énergies méritent l'attention des Etats car elles ne polluent pas autant que les énergies fossiles l'environnement. Il existe différents types d'énergies renouvelables dont les plus connues sont le solaire, la thermique et l'éolienne. Des recherches poussées dans ce domaine ont également permis l'émergence d'autres énergies intéressantes dont l'énergie thermique de la mer et celle issue des vagues.

Le solaire demeure toutefois l'énergie la plus exploitée par les entreprises qui font dans le renouvelable. L'entreprise française Soitec est devenue un leader dans la promotion de la technologie du photovoltaïque à concentration ou CPV. Et même si Soitec a déclaré vouloir abandonner le solaire, cette entreprise créée par Monsieur Auberton-Hervé a réussi à tirer parti de l'aventure. Pour preuve, de 2013 à 2014, son chiffre d'affaires est passé de 6 millions d'euros à 79 millions d'euros.

Les articles

La Cop 21 : ce qu'il faut en retenir

L'adoption de la COP remonte en 1992. Afin de prévenir un dérèglement dangereux des conditions climatiques, cette convention s'est donnée pour...